Un peu d’histoire

affiche-geraldine-magnier

Il est toujours enrichissant de connaître l’histoire du métier que l’on exerce. Celle du métier d’assistante sociale remonte au début des années 1900, pendant la 1ère Guerre Mondiale. En 1917, est créée l’école des surintendantes d’usines et de services sociaux et l’association des surintendantes d’usines et de services sociaux sous l’égide des Ministres Albert THOMAS et Léon BOURGEOIS, à l’initiative de cinq femmes engagées dans l’action sociale et dans le mouvement féministe :Cécile BRUNSCHVICG, Présidente de la section « travail » du Conseil National des Femmes Françaises, Henriette VIOLLET, Marie ROUTIER, Renée de MONTMORT et Marie DIEMER.

1923 : L’association gestionnaire est reconnue d’utilité publique.L’Association met en place les premières Surintendantes. La profession se développe, les Surintendantes œuvrent dans les établissements industriels et commerciaux, les administrations et dans les organismes d’Action Sociale.

1932 : Premier diplôme d’État d’Assistant de Service Social (DEASS). L’École y prépare et la formation des Surintendantes devient une spécialisation après le DEASS.

1938 : Le diplôme de Surintendante est reconnu par l’Éducation Nationale, section Enseignement Technique Supérieur.

De 1939 à 1945 : l’Association des Surintendantes et l’École poursuivent leurs activités.

Le pays, fortement secoué par la guerre, a suscité dans la population et parmi les Surintendantes des raisons de s’engager.

Deux personnalités ont particulièrement marqué cette époque

  • Bertie ALBRECHT, surintendante, animatrice avec Henri FRENAY du réseau COMBAT, arrêtée et décédée en 1943, pendant son incarcération.
  • Jane SIVADON, Directrice de l’École, arrêtée Le 2 février 1942 comme membre du Comité Directeur du Mouvement COMBAT pour la zone occupée.

De 1945 à ce jour, en restant fidèle aux valeurs de ses origines, pluralisme philosophique, défense des droits de l’Homme, engagement humaniste, l’École diversifie ses activités, en particulier, elle s’attache à offrir des formations spécifiques aux cadres de l’action sociale.

En 1990, l’École des Surintendantes d’Usines et de Services Sociaux, placée sous le contrôle du Ministère des Affaires Sociales et du Ministère de l’Education Nationale, prend le nom de : ÉCOLE SUPÉRIEURE DE TRAVAIL SOCIAL ETSUP

2004 : Le diplôme de Surintendante, tout en gardant son originalité première, change de nom. Il devient : Conseiller du travail, mention travail social, ressources humaines.

2009 : Fusion de l’Association des Surintendantes d’Usines et de l’Association Espace Enfance construisant et renforçant ainsi les solidarités adultes/enfants dans les milieux institutionnels et familiaux.

« Heureux qui peut savoir l’origine des choses  »  Virgile